Burkina faso

Drames en série au Burkina Faso

Deux journalistes espagnols et un militant écologiste irlandais ont été abattus dans l’est du Burkina Faso, en proie à une grande instabilité. Ce mardi 27 avril, les corps des trois européens ont été retrouvés, après avoir été portés disparus depuis lundi. La victime irlandaise, Rory Young, était un acteur majeur de la protections des parcs naturels en Afrique. Né en Zambie, éduqué au Zimbabwe, il était l’un des fondateurs de l’ONG Chengeta Wildlife. Depuis de nombreuses années, il formait les rangers à la lutte armée contre le braconnage. La région de l’est du pays, ou Chengeta Wildlife est déployée, est frontalière du Bénin et du Togo, et les parcs naturels servent de base arrière aux groupes armés.

Malheureusement, le nord du pays paye lui aussi un lourd tribu à la lutte contre le terrorisme . Le gouverneur de la région du Sahel, le colonel-major Salfo Kaboré, a annoncé que 18 personnes étaient tombées sous les balles des terroristes, durant la nuit de lundi à mardi. Les attaques ont été perpétrées dans plusieurs localités : Sofokel, Yatakou, Tao et Seytenga , dans la province du Séno. Ce drame nous rappelle que le chemin est encore long pour assurer la paix et la sécurité au Sahel, trop régulièrement endeuillé par ces exactions.

Dans ces moments difficiles mes pensées vont aux familles et aux proches des victimes, à qui j’adresse mes plus sincères condoléances.