Loi ÉGALIM

Intervention en séance

Cet après midi je suis intervenu en séance sur le bilan de la “loi EGalim” et les relations commerciales. Cette loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire, et une alimentation saine, durable et accessible à tous fut promulguée le 30 octobre 2018.

Ce texte était le fruit des États généraux de l’alimentation lancés le 20 juillet 2017. Aujourd’hui, cette séance de questions vise à établir un bilan de ces mesures. Le 21 avril dernier, le Ministre de l’Agriculture, Monsieur Julien Denormandie confirmait qu’une suite à la loi EGalim serait prochainement à l’étude. L’objectif principal de ce texte serait de redéfinir les règles commerciales entre producteurs, industriels et la grande distribution.

Ces questions cruciales pour le monde agricole me touchent particulièrement en tant que natif du Cantal, où j’ai été bercé dans cette amour de la terre et du respect du vivant. Le modèle agricole français est exceptionnel, admiré à travers le monde, c’est notre devoir de le préserver. Sa préservation passe bien sûr par une rémunération juste de nos agriculteurs et de nos éleveurs.

Néanmoins, notre souveraineté alimentaire fait face à d’autres problématiques. Notamment, celle de la réduction du nombre d’agriculteurs, divisé par quatre en quarante ans, mais aussi le nombre important d’exploitants agricoles partant à la retraite sans successeurs.

Ainsi c’était donc l’objet de mon intervention de cet après-midi: la rémunération des nos agriculteurs et de nos éleveurs est cruciale mais il est nécessaire de trouver des solutions pour maintenir notre modèle agricole et donc notre souveraineté alimentaire.