Français d'abidjan

Rencontre

Samedi 3 avril, afin de terminer ma journée, j’ai eu l’honneur de dîner autour de Monsieur Karamoko Jean Marie Traoré, secrétaire exécutif du Comité Interparlementaire G5 Sahel (CIP-G5 Sahel), accompagné de mon collègue député et membre du comité Jacques Maire, ainsi que Christophe Reilhac, Conseiller adjoint de Coopération et d’Action Culturelle.
Le CIP-G5 Sahel, créé le 17 juillet 2018 à Niamey lors d’un sommet interparlementaire réunissant l’ensemble des pays membre du G5 Sahel, est une institution consultative ayant pour rôle essentiel de suivre les actions de sécurité et de développement au sein de l’ensemble des pays membres du G5.
Ce fut l’occasion donc d’échanger sur le renforcement des relations de confiance entre les populations locales et les acteurs de développement et de paix. La France en tant qu’observateur dans le cadre de l’instance mais également en tant qu’acteur pour la paix et le développement à une place privilégiée dans le processus de cette nouvelle institution.
En effet, les parlements des pays du G5 Sahel doivent certainement mieux s’approprier les actions qui sont menées par leurs partenaires étrangers et assurément mener des actions de contrôle et d’évaluation au niveau local.
Ainsi, nous avons pu notamment échanger autour du rôle de l’Agence Française de développement (AFD), et plus précisément sur les objectifs théoriques confrontés à la réalité du terrain.
Pour cet échange instructif en compagnie des spécialistes de la question que sont mon collègue Député, le secrétaire général et le COCAC adjoint, je voudrais les remercier pour ce moment privilégié. J’ai appris beaucoup de choses et je suis certain qu’en impliquant plus les parlements locaux, l’on pourra éviter certaines incompréhensions et fausses informations qui courent…